CG 1
8 juin 2020

Commentaire financier du 8 juin 2020

CG 1

Quand les marchés financiers anticipent une reprise économique

Environnement :

Des indicateurs relatifs au développement de l’épidémie Covid-19 en Europe et des interventions fortes et successives des banques centrales ont provoqué une remontée spectaculaire des indices boursiers durant ces dernières semaines. Pourtant, l’on constate encore une certaine méfiance des investisseurs privés, lesquels se retrouvent dans une situation, comme le monde entier d’ailleurs, tout à fait exceptionnelle où les pertes de repères sont légion.

Certes, les marchés ont très bien réagi mais le manque de visibilité créé par cette pandémie pourrait encore avoir des effets négatifs, malgré les nouvelles quelque peu rassurantes sur le plan macroéconomique, tant aux États-Unis qu’en Europe où, semble-t-il, les points les plus bas de l’activité économique seraient bientôt atteints. À cet égard, l’ensemble de la communauté financière a été surpris par les chiffres du chômage américain, beaucoup plus bas que prévu.

Marchés / portefeuilles :

Comme toujours, les indices boursiers anticipent les résultats des sociétés avec, très souvent, 12 à 18 mois d’avance. Il n’est donc pas étonnant que le rebond observé ait montré une telle vigueur, surtout dans les dernières semaines où les valeurs cycliques, particulièrement sensibles à la reprise économique, on fait figure de leaders dans la hausse. Par ailleurs, des signes intéressants continuent de se profiler pour les marchés, tels le scepticisme des investisseurs et leurs liquidités historiquement très élevées, signes d’une absence d’euphorie, et gages, dès lors, d’un soutien indéniable pour les indices.

Néanmoins, il serait opportun, en particulier pour les secteurs cycliques, d’observer la tendance des résultats des entreprises au 2e trimestre pour obtenir cette visibilité qui fait tant défaut. Relevons, à cet égard, que les chiffres du 1er trimestre, incluant 2 semaines de confinement, ont montré une baisse des bénéfices de 7 % aux États-Unis et de 22 % en Europe ! Dans un tel contexte, l’on peut raisonnablement percevoir que la valorisation actuelle des principaux indices ne pourra se justifier que si les résultats, qui seront publiés jusqu’à la fin de l’année, montrent une amélioration convaincante.

Durant les semaines à venir, il est probable que le chemin très positif parcouru par les secteurs IT et Pharma continue sa progression, car ces thèmes respectifs sont absolument indissociables des changements radicaux que va provoquer cette pandémie sur les différents aspects de notre existence.

En vous espérant en bonne santé, nous vous remercions de votre attention et vous souhaitons une agréable semaine.